L'Eglise - VILLERS-LE-ROND

Aller au contenu

Menu principal :

L'Eglise

Village

Eglise
L'église de Villers le Rond est très ancienne mais on ne connaît aucun titre authentique de la fondation.
Elle est dédiée à St Denis.

La nef a une longueur de 25 mètres et une largeur de 11, et le Chœur 10 mètres sur 4.
Celui-ci, moins ancien que la nef a été construit en 1618.
Elle ne renferme pas de crypte ou chapelle souterraine.


Chapelle
La voûte, qui est en bois, est supportée par des piliers également en bois.
Cependant il existe au fond de la nef à gauche, ce qu'on appelle la Chapelle des Seigneurs
dont la voûte en pierre est supportée par des colonnes.
Les fenêtres sont dépourvues de vitraux.


Eglise (entrée)

La porte de l'église est en ogive, elle n'a qu'une seule ouverture.
Le clocher placé à l'entrée de l'Église est en bois et ne renferme qu'une cloche.

Il est appuyé d'un côté sur le mur d'enceinte de l' église et les 3 autres côté
sont supportés par la charpente de la voûte.





Statues en pierre


1.On trouve à l'intérieur de l'église deux statues qui datent de la construction du Choeur en1618.
La première représente St Denis, patron de la paroisse,et la seconde st Éloi.







Retable



2.Un retable en bois sculpté qui date du XVI siècle.


Retable volé, retrouvé après neuf ans de recherches


Un magnifique retable en bois, datant du XVIe siècle, a été retrouvé après neuf ans de recherches.
L'objet a regagner sa place après restauration (1) en l' église Saint-Denis.
Voici le déroulement de cette histoire, jusqu'à ce que les enquêteurs mettent la main sur ce joyau.

Ces dernières années, les vols dans les églises se sont multipliés au grand dam des paroissiens.
L'église Saint-Denis de Villers-Le-Rond a été malheureusement victime d'un pareil délit.
C'est en effet dans la nuit du 10 au 11 juillet 1994, que trois magnifiques statues en bois ont été volées.
C'est en allant à l'église que Mme Maria Leroy,
la maman (aujourd'hui disparue) de Jean-Louis Leroy, maire de la commune au moment des faits,
a découvert la disparition de ces trois objets précieux :
il s'agissait d' un retable de la passion, groupe relié, en bois décapité, type brabançon, haut de 72 cm,
avec des bordures dorées datant de la fin du gothique, début XVIIe siècle.
La statue de saint Jean-Baptiste, en bois peint en brun, fin XVIIe ; et celle de la Vierge à l'Enfant,
en chêne décapité, avec filet de dorure, tous trois inscrits aux Monuments historiques depuis 1991.

Plainte avait été immédiatement déposée en gendarmerie de Longuyon qui l'a transmise aussitôt au
Procureur de la République près du tribunal de grande instance de Briey pour y donner suite.
Les années ont passé depuis .
Et les paroissiens avaient peine à espérer que l'on puisse retrouver un jour ces trois sculptures .
Or à la fin de l'année 2003, la gendarmerie informait le premier magistrat de la commune que
<< le SRPJ de Rouen avait retrouvé la "Crucifixion" de l'église >>.
C'est grâce à l'inventaire des objets volés établi par les services spécialisés, et comparé
à une annonce de vente parue sur Internet, que le retable a pu être repéré.
Il s'agissait d'une vente faite par un antiquaire qui avait fait l'achat de cette statue à un collègue belge.

Jean-Louis Leroy (Maire en 2003) a tout de suite entrepris les démarches d'usage auprès du Parquet d' Évreux
Il aura fallu encore un an pour en reprendre possession, des mains de Claudine Persil, officier de police au SRPJ de Rouen.


Nouveaux bancs
  
En 2007, après plusieurs réfections de l'Église,
un généreux donateur vient d'offrir 6 bancs en bois  
qui ont été installés sans attendre dans notre Église " Saint-Denis ".
Avec ses nouveaux bancs le nombre de places a augmenté d'une bonne vingtaine, ce qui permet d'atteindre
près d'une centaine de personnes.


(1) Restauration et scellement effectué par Mr et Mme Venturuso habitants au village

 
Retourner au contenu | Retourner au menu